LA CINÉMATHÈQUE AFRICAINE DE OUAGADOUGOU

La Cinémathèque Africaine de Ouagadougou a été créée en 1989 à l'occasion de la commémoration du vingtième anniversaire du FESPACO. Créée à l'initiative des cinéastes africains qui y réfléchissaient depuis 1973 au fil des congrès et des rencontres professionnelles, cette Cinémathèque Africaine vise à sauvegarder le patrimoine cinématographique de l'Afrique. Elle répond à l'attente des cinéastes et hommes de culture, soucieux de la sauvegarde du patrimoine culturel de l'Afrique.

 

La Cinémathèque Africaine de Ouagadougou est une institution publique de l'Etat, placée sous la tutelle du FESPACO et affiliée à la Fédération Internationale du Film (FIAF) depuis 1994.

LES OBJECTIFS

  • La collecte des films africains et de toute oeuvre relative à l'Afrique.
  • Le traitement, la conservation et la mise en valeur des films collectés à travers des consultations diverses par les chercheurs et les professionnels du cinéma et de l'audiovisuel.
  • L'inventaire et le catalogage du patrimoine cinématographique de l'Afrique.
  • L'élaboration de filmographies des pays africains

LES ACTIVITÉS

  • Collecte, inventaire et catalogage des films:

Quarante copies de films constituaient les premiers fonds d'archives de la cinémathèque. Aujourd'hui, elle possède un centre moderne de conservation des œuvres (centre fonctionnel depuis 1995), où sont traitées et stockées plus d'un millier d'œuvres : des documentaires, fictions, actualités, longs et courts métrages représentatifs des cinématographies de toutes les régions d'Afrique.

- Les films d'actualités :

Les archives filmiques de la télévision nationale du Burkina ont été récupérées, identifiées, nettoyées et stockées dans les cellules de conservation. Quatre cents bobines de 16 mm pratiquement à l'abandon, ont ainsi été sauvées en 1998.

Elles représentent l'histoire socio-économique et politique du Burkina Faso, des années 60 à 70.

- Les films de la période coloniale :

Les films de cette époque sont importants, dans la mesure où ils constituent les seules images de l'Afrique dans la première moitié du 20 ème siècle. La Cinémathèque africaine en possède une vingtaine dont les périodes de production s'étalent des années 1920 à celles de 1950.

Matériel de restauration de films

 

- Les films didactiques :

La collection de la cinémathèque comporte également des films à caractère éducatif. Ces œuvres pour la plupart datent des années 1960. Elles étaient produites par les gouvernements et traitaient de thèmes différents tels : l'agriculture, la santé, le civisme, … à l'intention des populations en majorité analphabètes.

- Les films d'auteurs africains :

Les films d'auteurs recueillis sont assez représentatifs des cinématographies africaines, du Maghreb en passant par l'Afrique Occidentale, l'Afrique Orientale et l'Afrique Australe. Une quantité importante de copies d'œuvres a été collectée en 1988.

La cinémathèque africaine possède aussi la quasi-totalité des films de certains auteurs célèbres tels que Sembene Ousmane et de certains pays comme le Burkina Faso et le Gabon.

- Autres films :

Le reste de la collection est constituée d'une vingtaine de films de Cuba et de quelques classiques du cinéma Français et Européen.

 

  • La conservation

La Cinémathèque Africaine ne possède pas de laboratoire, mais du matériel nécessaire pour de petits travaux de restauration sur les copies de films usagées : analyse physique des copies, réparation des perforations, nettoyage à sec des bobines de film. Des prestations en la matière sont régulièrement accordées aux professionnels, aux ciné-clubs, etc.

Les copies de films sont conservées dans des salles spécialement aménagées où la température et l'humidité sont rigoureusement contrôlées. Un système de production d'air conditionné permet de maintenir la température à l'intérieur des cellules entre 15°c et 20°c avec une humidité relative entre 30% et 40%.

  • La documentation

Un important matériel non film, relatif au cinéma africain a été réuni. Un centre de documentation très variée est mis à la disposition du public pour consultation. Ce centre possède un fond de plus de 6000 photos, plus de 500 affiches de films, plusieurs milliers d'articles de presse, des revues spécialisées, des revues de presse, des dossiers de presse des films, des livres, des scénarios, etc.

  • L'accès aux collections

La cinémathèque a déjà ouvert ses collections à de nombreux étudiants, enseignants, chercheurs et professionnels du cinéma. Des étudiants sont venus d'Afrique, d'Europe et d'Amérique pour voir des films, faire des recherches et rencontrer des personnes ressources, dans le cadre de leurs mémoires ou thèses de fin d'études. L'accès aux collections est conditionné par une demande motivée.

La Cinémathèque Africaine dispose également de plusieurs unités de cinéma et de vidéo mobiles, ainsi que du personnel qualifié pour l'organisation de projections de films dans les villes et villages du Burkina. Ces projections à but non lucratif se font en partenariat avec les ONG, associations, écoles et autres institutions publiques et privées.

Projet de construction de la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou

 

En dehors de ces projections, le FESPACO œuvre pour la promotion du cinéma africain dans les festivals internationaux. L'institution organise aussi des manifestations cinématographiques diverses : semaine de cinéma, grandes premières de films, etc.

LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

 

La Cinémathèque Africaine de Ouagadougou est membre de la Fédération Internationale des Archives du film (FIAF), depuis 1994. Elle est jumelée au service des archives du film du CNC/France depuis 1995. A l'instar des autres membres de la FIAF, la cinémathèque africaine contribue à la promotion des archives de films à travers des activités communes telles que :

- les stages de la FIAF à Londres en 1992 et 1996 ;

- la programmation des films à Amsterdam en 1996 et Paris en 2000 ;

- le congrès de la FIAF à Jérusalem en 1996.

 

LES PROJETS DE LA CINÉMATHÈQUE

La cinémathèque africaine de Ouagadougou envisage de renforcer la collecte des films pour avoir une filmographie par pays et localiser les négatifs de films africains dispersés pour la plupart, dans des laboratoires européens.

Elle a aussi en projet :

  • La construction d'une salle de projection de la cinémathèque africaine dotée d'un espace d'exposition pouvant recevoir un marché de films et de programmes de télévision, un musée du cinéma, etc.
  • Le développement du centre de documentation, avec la création d'une banque de données sur le cinéma africain sur le site Web de l'institution.

DE L'IMPORTANCE DE LA CINÉMATHÈQUE AFRICAINE DE OUAGADOUGOU

La cinémathèque africaine de Ouagadougou sans conteste, assure au cinéma du continent une visibilité permanente et permet de stimuler la réflexion et une recherche endogène sur le cinéma africain.

En outre, elle contribue à une meilleure connaissance de l'histoire contemporaine de l'Afrique, par les consultations scientifiques des anciens films et est une source d'inspiration pour les professionnels du cinéma et de l'audiovisuel.

Enfin, la cinémathèque africaine de Ouagadougou participe à l'éducation cinématographique du public, à travers des programmations régulières de rétrospectives et par l'organisation d'expositions diverses.

Application Android