S’informer sur le cinéma africain

Le FESPACO s’honore durant cette période foisonnante de festivités, de la visite du Secrétaire Général de l’Organisation de la Conférence Islamique(OCI), M. Ryad Ameen MADANI. Accueilli par le Délégué Général du FESPACO Michel OUEDRAOGO et l’ensemble de son personnel, M. MADANI a exprimé toute sa joie d’être reçu au sein de cette prestigieuse institution du cinéma africain.

Le FESPACO est en plein préparatif des 3èmes Journées cinématographiques de la femme africaine de l’image (JCFA), prévues du 3 au 7 mars 2014 à Ouagadougou et Banfora. Aussi un Comité d’organisation a-t-il été mis en place en début novembre 2013, par le Délégué Général du FESPACO, M. Michel OUEDRAOGO.

Banfora, le second site de la manifestation, situé à près de 500 km de la capitale burkinabè, a reçu récemment la visite d’une forte délégation du Comité d’organisation des JCFA. Agir dans la pro-activité est le maître-mot de cette mission qui se voulait prospective des lieux où vont se déployer les différentes activités des JCFA 2014 dans cette région des Cascades.

Une moisson de quatre courts-métrages vient d’être enregistrée par le cinéma gabonais. Un début à tout, L’argent à tout prix, Le défi et Le tchatcheur sont les titres de ces films réalisés par la Gabonaise Pauline MVELE.

Toutes ces œuvres parlent de la perception des jeunes Gabonais sur les IST et le VIH-SIDA. Aussi Scénario du Gabon, l’initiateur, a-t-il mis en compétition les lycées et collèges de Libreville où ces couches sont fortement représentées, pour l’écriture des scénarios.

Du 24 au 31 octobre 2013, la Semaine du film d’animation a été célébrée à  l’Institut Français Georges Méliès de Ouagadougou. En présence de sa réalisatrice, Marguerite ABOUET, le film d’animation ivoirien Aya de Yopougon  a littéralement monopolisé les différents espaces du Méliès.

Au cours de cette semaine, plusieurs projections de l’œuvre ont été montrées dans la salle du Grand Méliès. De plus deux séances de master-class ont été programmés au Petit Méliès. L’une au profit des enfants et l’autre qui a vu la participation des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel ainsi que des critiques de cinéma et des  curieux.

Le FESPACO vient de se doter d’un nouvel organigramme. L’Institution du cinéma africain se structure désormais en une dizaine de départements en vue d’un fonctionnement plus efficient. Les innovations ont consisté en  la création  de directions et de services.

La structuration actuelle s’est enrichie de quatre nouvelles directions : le département Presse et Multimédia,  le département Marketing et Partenariat le département Infrastructures et la direction du Contrôle des marchés publics et des Engagements financiers.

Djamila SAHRAOUI marque l’histoire du FESPACO!

Djamila SAHRAOUI ! Cette cinéaste marocaine entre dans l’Histoire en obtenant l’Etalon d’Argent de Yennenga  au FESPACO 2013.

En 44 ans d’existence c’est la toute première fois qu’une réalisatrice africaine accède à ce niveau de consécration. Cette performance  mérite d’être bien soulignée et saluée d’autant plus que la compétition fut relevée lors de cette édition à travers des œuvres de belle facture.

Le jeudi 12 septembre 2013, la nouvelle Directrice de l’Institut Français de Ouagadougou, Madame Marie LELOUX, a rendu visite de courtoisie au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO).

L’objectif de cette visite était non seulement de prendre contact avec la Délégation Générale mais aussi de relancer le partenariat entre les deux institutions.

Le Sénégal pour la première fois sur la plus haute marche du FESPACO.

L’Etalon d’or de Yennenga a choisi cette année le « pays de la Téranga » comme terre d’accueil. Une récompense largement méritée par le Sénégal, l’un des pionniers qui ont contribué à la naissance du FESPACO et à son rayonnement. L’année du sacre du Sénégal marque également un tournant majeur de la biennale du cinéma africain.

Application Android